top of page

Idéologies, terrorismes, crimes de guerre. Quels liens, quelles dynamiques ?

Exploration des Liens entre Idéologies Extrémistes et Crimes Collectifs : Retour sur une Conférence Impactante


Le 16 janvier 2024, j'ai eu l'opportunité enrichissante de participer à une conférence captivante au Palais de l'Europe à Strasbourg, intitulée "Idéologies, terrorismes, crimes de guerre.


Crimes de guerre, crimes contre l'humanité, quels liens, quelles dynamiques ?


En tant qu'expert en conseil en stratégie des risques pour les entreprises, ma présence était motivée par la compréhension profonde des risques omniprésents dans la vie en générale et surtout dans le monde des affaires, qu'ils soient d'ordre financier, humain, commercial, informationnel, ou liés aux négociations.


Cette conférence, centrée sur les idéologies extrémistes et leur corrélation avec les crimes collectifs tels que le terrorisme et les crimes de guerre, offrait une opportunité unique d'explorer les tenants et aboutissants de ce phénomène complexe.


Les organisateurs ont mis en lumière des questions cruciales, notamment : qu'est-ce qu'une idéologie extrémiste ou radicale ?

Existe-t-il un lien préférentiel entre ces idéologies et les crimes collectifs ? Comment aborder la psychologie de l'idéologie extrémiste et des crimes qui en découlent ?


L'idée de comprendre comment un discours peut être qualifié d'idéologique, radical ou extrémiste a été particulièrement intrigante. La conférence a abordé ces concepts, souvent controversés, à partir de diverses perspectives, interrogeant le moment où un discours devient réellement "idéologique" et les invariants ou dynamiques spécifiques associés aux idéologies radicales.


Une des questions centrales abordées était la manière dont une idéologie extrémiste peut s'ancrer au sein d'une population ou d'un groupe.


Les intervenants ont formulé l'hypothèse selon laquelle ces discours extrémistes se nourrissent des motifs historiques, culturels et politiques de l'espace où ils émergent. La conférence a également exploré la construction d'une identité nationale ou groupale à partir d'une idéologie extrémiste, ainsi que les moyens coercitifs utilisés pour soutenir le pouvoir idéologique.


Un point crucial de discussion portait sur les liens entre les idéologies extrémistes et les crimes collectifs tels que le terrorisme et les crimes de guerre. Comment l'idéologie extrémiste agit-elle au niveau de la conscience collective, de l'inconscient du groupe, et dans la psyché individuelle des auteurs de ces crimes ?


Les intervenants ont tenté d'établir des comparaisons entre l'idéologie extrémiste et le fonctionnement psychique de l'individu, explorant même la possibilité d'une "paranoïa politique" des idéologies extrémistes et leur relation éventuelle avec des troubles psychiatriques ou psychologiques.


La conférence a pris une perspective psychologique pour comprendre la formation de la pensée radicale/extrémiste et les crimes qu'elle engendre.


Les différentes présentations ont cherché à articuler le système de pensée (l'idéologie), le fonctionnement psychologique de l'individu, et l'acte criminel lui-même, en se basant sur des situations et des cas précis.


En conclusion, la conférence a été une expérience intellectuelle enrichissante, élargissant ma compréhension des liens complexes entre les idéologies extrémistes et les crimes collectifs.


Elle a renforcé ma conviction que la compréhension approfondie de ces phénomènes est essentielle pour élaborer des stratégies de gestion des risques plus efficaces dans le monde des affaires.


Cyrille Cardonne



contact

bottom of page